32k
Garderies à Montréal ou au QuébecDaycare and childcare providers in Canada

Contrôle du forum
S'inscrire FAQ Recherche Messages du jour Marquer les forums comme lus
Précédent   Ma Garderie - Forum > Services de garde > Soins des enfants
Soins des enfants Bonnes pratiques, expériences, trucs, problèmes...

Annonces importantes
Bienvenue sur le forum de Ma Garderie, une communauté de plus de 30 000 membres, composée principalement de parents et de responsables de services de garde.

Vous parcourez actuellement notre forum en tant qu'invité, ce qui vous permettra de lire les discussions entre parents et responsables de garderies. Pour obtenir un accès complet au forum, vous devrez vous inscrire. L'inscription au forum est simple et gratuite et permet:
  • De participer aux 45,000 discussions répertoriées sur le forum.
  • De créer de nouvelles discussions pour poser vos propres questions.
  • D'effectuer facilement des recherches parmi les 480,000 messages archivés.
  • De contacter chacun des utilisateurs du forum, directement, par messagerie privée.
  • De discuter en direct avec les utilisateurs du forum, dans notre salle de chat
  • De participer à nos concours...
Alors, n'hésitez pas à vous joindre à nous dès maintenant !

PS: Notez que l'inscription au forum est indépendante des comptes des responsables de services de garde. Ainsi, si vous souhaitez seulement annoncer vos places disponibles, nous vous invitons à vous inscrire ici, et non sur le forum.
Réponse
Outils de la discussion Modes d'affichage
Ce que les jouets racontent sur notre société (frileuse)
non lus
  (#1)
Charlie Angel
Modératrice
Accro
 
Avatar de Charlie Angel
 
Statut: Déconnecté
Messages: 6 246
Remercié: 5 481 fois, 3 067 msg
Inscription: mars 2011
Par défaut Ce que les jouets racontent sur notre société (frileuse) - 14/12/2017, 15:25

http://journalmetro.com/actualites/n...iete-frileuse/


Ce que les jouets racontent sur notre société (frileuse)
Par Mathias Marchal
Métro


Jean Bouchard
Aujourd’hui, Métro propose une édition spéciale dans toutes ses rubriques sur le thème de l’enfance.

Pourquoi les garçons jouent-ils moins aux billes, et les filles à la corde à danser? Le professeur, auteur et collectionneur de jouets, Jean Bouchard, a sa petite idée sur la question.

Depuis que son fils a six ans, Jean Bouchard, ancien professeur en éducation spécialisée, collectionne les jouets. En 25 ans, il en a accumulé plus de 1500 et a donné près de 200 conférences sur le sujet. Il en a aussi tiré deux livres: Jouets au Québec 1939-1969 – La seconde parade, paru cet automne, et Du bolo au G.I. Joe – Jouets au Québec 1939-1969, sorti il y a deux ans.

«Lors de ma première conférence, en 2012, j’avais amené près de 125 jouets. Les 84 personnes qui étaient venues se sont jetées dessus pour les toucher! Ça m’a surpris, mais avec le recul, j’ai compris à quel point revoir des jouets faisait remonter des souvenirs et des émotions liées à l’enfance», raconte M. Bouchard.

Un jouet n’est pas anodin. Il ne sert pas qu’à amuser. Les jouets ont un impact tellement important et sous-estimé qu’ils ravivent même des souvenirs chez des personnes gravement atteintes d’Alzheimer qu’il croise lors de ses tournées en maisons de retraite ou en CHSLD. «Là-bas, pas besoin de beaucoup parler, il suffit de regarder leurs yeux s’allumer et sourire. Certains patients en reparlent plusieurs jours après».

Mais les jouets ne sont plus ce qu’ils étaient. «Avant, quand on offrait une poupée, c’était souvent un nourrisson qui permettait aux filles de jouer à la maman. Aujourd’hui, ce sont plutôt des Barbie. Une poupée qui a des seins, sans enfant, qui n’est pas mariée et qui possède une cinquantaine de souliers à talons hauts. Ça reflète notre société, mais je me demande à quel point ce genre de jouets ne conditionne pas un peu les enfants et pousse indirectement à banaliser la surconsommation et l’hypersexualisation», lance l’homme de 69 ans, qui croit aussi qu’on a raccourci la période de l’enfance.

Mis à part le slinky, le cheval à bascule et quelques jouets Playschool, qui ont peu changé depuis 60 ans, rares sont ceux qui ont survécu à l’usure des années. Les billes existent encore mais ont presque disparu des cours d’école. Pourtant, outre l’adresse, ce jeu fait appel à la négociation (toutes les billes ne sont pas égales). «Ça apprenait aussi aux enfants à perdre son jouet, car tel était l’enjeu», ajoute Jean Bouchard.

Pareil pour l’élastique et son prédécesseur, la corde à danser, toujours présents mais presque inutilisés: «À l’heure où on parle d’embonpoint chez les enfants, ça serait pourtant le genre de jeu idéal», selon M. Bouchard. Aujourd’hui, on vit dans une société d’avocats, où on a peur de tout et où il n’y a plus de bébelles dans les sacs de Cracker Jack», se désole-t-il.

En tant que conservatrice au Musée McCord Guislaine Lemay gère notamment près de 11 000 jouets. Elle situe vers le milieu des années 1970, le tournant sécuritaire pris par les jouets. «C’est vrai qu’avant, certains jouets pouvaient être dangereux», note t-elle en mentionnant par exemple qu’à l’époque, les fers à repasser pour enfants se branchaient et produisaient de la chaleur et les petits soldats étaient faits de plomb. «Aujourd’hui, on est tellement préoccupé par les accidents qu’on est peut-être tombé dans l’extrême inverse», ajoute-t-elle.

Autre victime du droit: la promotion des marques dans les écoles. Dans les années 1950, les représentants du bolo, cette miniraquette reliée à une balle par un élastique, venaient faire des démonstrations dans les écoles. À l’inverse, en 2007, Saputo a dû retirer ses biscuits Igor des écoles et payer une amende de 42000$ pour avoir accompagné ses biscuits de petits livres promotionnels à son effigie.

Allez, c’est décidé, ce Noël, on se révolte et on offre un canif et des pétards au plus jeune des neveux. Et pour le plus vieux, ce sera une puck en crottin de cheval aplati et gelé après avoir été trempé dans l’eau. Voir la belle-mère sourciller, ça n’a pas de prix!





Histoires de jouets et de contes
À la veille de Noël, le Musée McCord invite les enfants à une exposition, où ces derniers doivent utiliser leur sens de l’observation pour remettre un peu d’ordre dans le monde des contes. L’installation qui permet notamment d’admirer l’évolution des jouets sur plus de 100 ans, permet en outre aux adultes d’en apprendre un peu plus sur les vertus pédagogiques des histoires pour enfants.

«Cendrillon parle de l’amour idéal, alors qu’Hansel et Gretel permet d’aborder la peur d’être abandonné chez l’enfant et que le vilain petit canard rassure l’enfant qui se demande s’il a été ou non désiré», mentionne Guislaine Lemay, conservatrice au Musée McCord qui est ethnologue et archéologue de formation.

De même que les jouets ont été rendus moins dangereux, les contes, dans leur version moderne, ont eux aussi été aseptisés. Dans le version de 1697 du Petit chaperon rouge, la petite fille et la mère-grand finissent ainsi toutes deux dévorées par le loup.

Aussi, dans Soleil, Lune et Thalie (Giambattista Basile), qui a inspiré le conte de La Belle au bois, cette dernière a plutôt été violée dans son sommeil par le roi et ne s’est réveillée que parce que l’un des jumeaux qu’elle a enfanté suce son doigt, délogeant par la même l’écharde enchantée et rompant ainsi le sortilège.

L’exposition Tohu-bohu au pays des contes se tient au Musée McCord jusqu’au 18 mars.

Des jouets qui résistent:


-55 ans. Le Chatter-Phone s’est vendu à plus de 35 millions d’exemplaires depuis 1962. En 2000, Fisher-Price a présenté un modèle à clavier, avant de reculer devant les plaintes des consommateurs.







-56 ans. La fameuse girafe en caoutchouc naturel reste fabriquée de façon presque artisanale en France. Malgré quelques controverses ( présence de nitrosamines ou de moisissures), Sophie reste vendue dans 75 pays.







-58 ans. Le Rock-a-Stack s’est vendu à plus de 65 millions d’exemplaires. En les empilant tous, on pourrait créer 4 tours qui relieraient la terre à la station spatiale internationale.


On ne tire pas sur une fleur pour la faire pousser. On l’arrose et on la regarde grandir... patiemment.
de Proverbe africain



Citation d'un auteur inconnu:
"Il n'y a pas d'enfants méchants, juste des enfants souffrants. Des fois ils parlent avec mots, ils parlent souvent avec des maux."
   
Réponse avec citation
Les 2 utilisateurs ci-dessous ont remercié Charlie Angel pour ce message:
non lus
  (#2)
YING YANG
Indomptable
 
Avatar de YING YANG
 
Statut: Déconnecté
Messages: 4 744
Remercié: 5 013 fois, 2 419 msg
Inscription: septembre 2012
Par défaut 14/12/2017, 16:37

Bonsoir Charlie Angel,
je suis heureuse qu'il y ait des gens qui font ce genre de recherche pour en partager le contenu.
Lorsque l'on est informé cela nous permet de choisir par la suite des gestes à poser.
Bonne soirée
Citation:
Envoyé par Charlie Angel Voir le message
http://journalmetro.com/actualites/n...iete-frileuse/


Ce que les jouets racontent sur notre société (frileuse)
Par Mathias Marchal
Métro


Jean Bouchard
Aujourd’hui, Métro propose une édition spéciale dans toutes ses rubriques sur le thème de l’enfance.

Pourquoi les garçons jouent-ils moins aux billes, et les filles à la corde à danser? Le professeur, auteur et collectionneur de jouets, Jean Bouchard, a sa petite idée sur la question.

Depuis que son fils a six ans, Jean Bouchard, ancien professeur en éducation spécialisée, collectionne les jouets. En 25 ans, il en a accumulé plus de 1500 et a donné près de 200 conférences sur le sujet. Il en a aussi tiré deux livres: Jouets au Québec 1939-1969 – La seconde parade, paru cet automne, et Du bolo au G.I. Joe – Jouets au Québec 1939-1969, sorti il y a deux ans.

«Lors de ma première conférence, en 2012, j’avais amené près de 125 jouets. Les 84 personnes qui étaient venues se sont jetées dessus pour les toucher! Ça m’a surpris, mais avec le recul, j’ai compris à quel point revoir des jouets faisait remonter des souvenirs et des émotions liées à l’enfance», raconte M. Bouchard.

Un jouet n’est pas anodin. Il ne sert pas qu’à amuser. Les jouets ont un impact tellement important et sous-estimé qu’ils ravivent même des souvenirs chez des personnes gravement atteintes d’Alzheimer qu’il croise lors de ses tournées en maisons de retraite ou en CHSLD. «Là-bas, pas besoin de beaucoup parler, il suffit de regarder leurs yeux s’allumer et sourire. Certains patients en reparlent plusieurs jours après».

Mais les jouets ne sont plus ce qu’ils étaient. «Avant, quand on offrait une poupée, c’était souvent un nourrisson qui permettait aux filles de jouer à la maman. Aujourd’hui, ce sont plutôt des Barbie. Une poupée qui a des seins, sans enfant, qui n’est pas mariée et qui possède une cinquantaine de souliers à talons hauts. Ça reflète notre société, mais je me demande à quel point ce genre de jouets ne conditionne pas un peu les enfants et pousse indirectement à banaliser la surconsommation et l’hypersexualisation», lance l’homme de 69 ans, qui croit aussi qu’on a raccourci la période de l’enfance.

Mis à part le slinky, le cheval à bascule et quelques jouets Playschool, qui ont peu changé depuis 60 ans, rares sont ceux qui ont survécu à l’usure des années. Les billes existent encore mais ont presque disparu des cours d’école. Pourtant, outre l’adresse, ce jeu fait appel à la négociation (toutes les billes ne sont pas égales). «Ça apprenait aussi aux enfants à perdre son jouet, car tel était l’enjeu», ajoute Jean Bouchard.

Pareil pour l’élastique et son prédécesseur, la corde à danser, toujours présents mais presque inutilisés: «À l’heure où on parle d’embonpoint chez les enfants, ça serait pourtant le genre de jeu idéal», selon M. Bouchard. Aujourd’hui, on vit dans une société d’avocats, où on a peur de tout et où il n’y a plus de bébelles dans les sacs de Cracker Jack», se désole-t-il.

En tant que conservatrice au Musée McCord Guislaine Lemay gère notamment près de 11 000 jouets. Elle situe vers le milieu des années 1970, le tournant sécuritaire pris par les jouets. «C’est vrai qu’avant, certains jouets pouvaient être dangereux», note t-elle en mentionnant par exemple qu’à l’époque, les fers à repasser pour enfants se branchaient et produisaient de la chaleur et les petits soldats étaient faits de plomb. «Aujourd’hui, on est tellement préoccupé par les accidents qu’on est peut-être tombé dans l’extrême inverse», ajoute-t-elle.

Autre victime du droit: la promotion des marques dans les écoles. Dans les années 1950, les représentants du bolo, cette miniraquette reliée à une balle par un élastique, venaient faire des démonstrations dans les écoles. À l’inverse, en 2007, Saputo a dû retirer ses biscuits Igor des écoles et payer une amende de 42000$ pour avoir accompagné ses biscuits de petits livres promotionnels à son effigie.

Allez, c’est décidé, ce Noël, on se révolte et on offre un canif et des pétards au plus jeune des neveux. Et pour le plus vieux, ce sera une puck en crottin de cheval aplati et gelé après avoir été trempé dans l’eau. Voir la belle-mère sourciller, ça n’a pas de prix!





Histoires de jouets et de contes
À la veille de Noël, le Musée McCord invite les enfants à une exposition, où ces derniers doivent utiliser leur sens de l’observation pour remettre un peu d’ordre dans le monde des contes. L’installation qui permet notamment d’admirer l’évolution des jouets sur plus de 100 ans, permet en outre aux adultes d’en apprendre un peu plus sur les vertus pédagogiques des histoires pour enfants.

«Cendrillon parle de l’amour idéal, alors qu’Hansel et Gretel permet d’aborder la peur d’être abandonné chez l’enfant et que le vilain petit canard rassure l’enfant qui se demande s’il a été ou non désiré», mentionne Guislaine Lemay, conservatrice au Musée McCord qui est ethnologue et archéologue de formation.

De même que les jouets ont été rendus moins dangereux, les contes, dans leur version moderne, ont eux aussi été aseptisés. Dans le version de 1697 du Petit chaperon rouge, la petite fille et la mère-grand finissent ainsi toutes deux dévorées par le loup.

Aussi, dans Soleil, Lune et Thalie (Giambattista Basile), qui a inspiré le conte de La Belle au bois, cette dernière a plutôt été violée dans son sommeil par le roi et ne s’est réveillée que parce que l’un des jumeaux qu’elle a enfanté suce son doigt, délogeant par la même l’écharde enchantée et rompant ainsi le sortilège.

L’exposition Tohu-bohu au pays des contes se tient au Musée McCord jusqu’au 18 mars.

Des jouets qui résistent:


-55 ans. Le Chatter-Phone s’est vendu à plus de 35 millions d’exemplaires depuis 1962. En 2000, Fisher-Price a présenté un modèle à clavier, avant de reculer devant les plaintes des consommateurs.







-56 ans. La fameuse girafe en caoutchouc naturel reste fabriquée de façon presque artisanale en France. Malgré quelques controverses ( présence de nitrosamines ou de moisissures), Sophie reste vendue dans 75 pays.







-58 ans. Le Rock-a-Stack s’est vendu à plus de 65 millions d’exemplaires. En les empilant tous, on pourrait créer 4 tours qui relieraient la terre à la station spatiale internationale.


Une nation répondant aux besoins de ses enfants dans
le domaine de la santé, l'éducation, partage équitable alimentaire, des matières premières, des gains monétaire.Qui le fait sans aucune doctrine quelle qu'elle soit est une nation qui perdurera dans le temps.
   
Réponse avec citation
non lus
  (#3)
Marie-fleur
Déluré(e)
 
Avatar de Marie-fleur
 
Statut: Déconnecté
Messages: 528
Remercié: 591 fois, 331 msg
Inscription: mars 2014
Par défaut 14/12/2017, 21:39

Très intéressant comme article. Je me situe un peu entre les 2. Je fais partie des parents qui fait attention pour pas que ma fille voit trop de méchants dans les histoires et les comics. Peut-être que je fais partie un peu de ceux qui aseptise trop. D'un autre côté, parfois je trouve que notre société exagère aussi. Comme de diaboliser le conte de la belle au bois dormant. Moi je ne l'ai jamais vu non-consentante. J'ai toujours imaginé 2 êtres qui s'étaient rencontré d'abord et qui se savaient amoureux... et même si c'est ben quétaine ben que le gars sauvait la vie endormie de la fille qu'il aime par son amour. J'ai jamais vu aussi croche que ça. Pour moi, ça toujours été un conte symbolique de la puissance de l'amour, qui peut en quelque sorte sortir d'une forme d'endormissement morale. Mais dans une histoire, on peut interpréter ça comme on veut.

Dernière modification par Marie-fleur 14/12/2017 à 21:46.
   
Réponse avec citation
L'utilisateur ci-dessous a remercié Marie-fleur pour ce message:
non lus
  (#4)
Azana
Accro
 
Avatar de Azana
 
Statut: Déconnecté
Messages: 6 354
Remercié: 8 027 fois, 3 943 msg
Inscription: août 2011
Par défaut 15/12/2017, 04:47

Merci pour le partage Charlieangel.

Je suis moi-même très nostalgique de mes anciens jouets! C'est tellement vrai que ça fait remonter des souvenirs!! Quand je revois un jouets de mon enfance, je repense inévitablement à des souvenirs!

Et ça m'a fait sourire l'histoire du petit chaperon rouge. Parce que dans les années 70, il n'y avait pas de chasseur qui venait sauver la petite et sa grand-mère. Elles se faisaient toutes les deux manger!! Et je me rappelle très bien quand j'ai marché pour la première fois pour me rendre à l'école avec ma soeur et d'autres enfants, ma mère m'a dit; souviens-toi du petit chaperon rouge. Ne parle pas aux étrangers et ne quitte pas le chemin de l'école!!!

Même chose pour Pierre et le loup! Dans mon histoire, quand j'étais petite, le loup ne dévorait pas seulement les moutons, il dévorait aussi le petit garçon qui avait menti trop souvent!!! Hahaha

Les fables de la Fontaine!! Ce que j'ai aimé ces histoires moralisatrices!!

Que de beaux souvenirs!

Je pense que j'ai peut-être fait des erreurs avec ma fille. Comme elle est enfant unique, elle a eu une tonne de jouets... tous plus beaux les uns que les autres. De la pure surconsommation. Je ne suis pas sûre qu'elle en gardera des souvenirs. Je me rends compte qu'elle s'est lassée de tout, rapidement.
   
Réponse avec citation
L'utilisateur ci-dessous a remercié Azana pour ce message:
non lus
  (#5)
YING YANG
Indomptable
 
Avatar de YING YANG
 
Statut: Déconnecté
Messages: 4 744
Remercié: 5 013 fois, 2 419 msg
Inscription: septembre 2012
Par défaut 15/12/2017, 16:37

Bonsoir Charlie Angel,
Les jouets , les accessoires sont tellement significatifs dans la petite enfance .
Lorsque l'enfant apprend à s'autoréguler dans ses émotions il va y avoir soit des accessoires / jouets
Les accessoires/jouets sont aussi des outils pour leur permettre de se créer un territoire .
Ce n'est vraiment pas anodin.
Il y a une époque qui a permis à l'imaginaire de créer , je pense à l'époque ou l'enfant avait un bâton une roue. ext ..
Aujourd'hui on ne sais plus quoi inventer
Bonne soirée


Une nation répondant aux besoins de ses enfants dans
le domaine de la santé, l'éducation, partage équitable alimentaire, des matières premières, des gains monétaire.Qui le fait sans aucune doctrine quelle qu'elle soit est une nation qui perdurera dans le temps.
   
Réponse avec citation
Réponse


Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous pouvez ouvrir de nouvelles discussions : nonoui
Vous pouvez envoyer des réponses : nonoui
Vous pouvez insérer des pièces jointes : nonoui
Vous pouvez modifier vos messages : nonoui

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Les filles qui racontent TOUT sur facebook Ariella De tout et de rien 37 23/06/2013 02:54
Est-ce moi qui est trop frileuse? mini cocci Garderie au quotidien 13 24/09/2012 13:55
Jeu de société loganou De tout et de rien 3 09/09/2010 13:33
Jeux de société pour mes p'tits loups? steflucas Activités en garderie 17 29/07/2010 12:44
Parents qui racontent n'importe quoi Nathalie28+ Expériences avec les parents 30 21/02/2010 15:17

Édité par : vBulletin® version 3.6.12
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Version française #13 par l'association vBulletin francophone
vBulletin Skin developed by: vBStyles.com


Quelques conseils...

Si vous avez visité ou utilisé un service de garde apparaissant sur Ma Garderie, n'hésitez pas à laisser vos commentaires. Ceci aidera sans aucun doute d'autres parents!
Le saviez-vous?
Ma Garderie est aussi disponible en anglais dans le reste de l'Amérique du Nord !
Il suffit de cliquer sur le drapeau correspondant en haut à gauche.
Votre partenaire
de recherche de places en garderie